5ème Journée – Samedi 17 Septembre 2016 et retour Dimanche 18 Septembre 2016

« La Côte d’Albâtre au Pays de Caux » de Harfleur (76) à Dieppe (76)  (133 kms)

Dénivelé Positif = 1281 m   –   Dénivelé Négatif = 1144 m

Cliquez sur ce lien pour consulter l’itinéraire sur la carte

Nous avons passé une excellente nuit dans cet hôtel Ibis tout neuf à Harfleur et constatons avec satisfaction qu’il ne pleut pas ; quelques trouées de ciel bleu apparaissent même entre les nuages encore abondants. Pendant le copieux petit déjeuner, Pierre nous informe qu’il ne roulera pas aujourd’hui, son épaule le fait encore souffrir. De même Jean-Luc confirme ce qu’il nous avait dit au repas hier soir ; il va rallier les environs de Dieppe par une autre route qu’il estime moins fréquentée que la route côtière, et ainsi redescendre à vélo jusqu’à St Denis en Val en roulant une partie la nuit. Néanmoins, il nous accompagnera sur quelques kilomètres jusqu’à Montivilliers. Il nous racontera plus tard le déroulement de ce retour.

Les 4 cyclos (Jean-Luc, Daniel, Claude et Bernard) prennent donc le départ vers 8 h 45.

Elisabeth, Denis et Pierre partent à la même heure en minibus, direction Arques la Bataille, près de Dieppe, afin de prendre Pascal, un cousin normand d’Elisabeth et Denis qui accompagnera à partir de Fécamp nos camarades. Nous prenons pour ne pas perdre de temps la route la plus directe, et au fur et à mesure que nous remontons vers le nord, la pluie fait son apparition.

Après avoir pris congé de Jean-Luc à

♦ Montivilliers

nos 3 cyclos prennent la direction des falaises qui seront presque toujours présentes jusqu’à Dieppe. Pour le moment, le ciel est clément et la route tranquille, beaucoup plus que celle d’hier ! Jean-Luc aurait apprécié ! Ils rejoignent la D 940 à

♦ Octeville sur Mer 

♦ Cauville sur Mer 

♦ Heuqueville


 

mais ne prendront pas comme prévu la D 111 passant à Saint Jouin Bruneval où les falaises sont particulièrement impressionnantes.

05-03-saint-jouin-bruneval-falaises

Falaises de Saint Jouin Bruneval

Ils évitent ainsi les premières grandes bosses qui commenceront juste avant Etretat ! Les communes traversées seront donc : 

♦ Sainte Marie au Bosc 

♦ Le Tilleul 

♦ Etretat

Pour découvrir Etretat, il faut le mériter ! Nos 3 cyclos arrivent tout au bord des falaises afin de contempler la fameuse Aiguille et la Porte d’Aval.


 

Après un bon bol d’air (vent du Nord Ouest à 50 kms/h), l’équipe repart dans les rue d’Etretat sans vraiment remarquer au passage « Le Clos Lupin », maison de Maurice Leblanc, auteur des célèbres romans mettant en scène le « Gentleman Cambrioleur », Arsène Lupin. Cette maison est maintenant un musée.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le Clos Lupin

La suite du parcours toujours ponctué par de grandes côtes et descentes, passe par : 

♦ Bénouville 

♦ Vattetot sur mer 

♦ Yport 


L’arrivée à

♦ Fécamp

se fait par l’intérieur de la ville avec le célèbre Palais des Bénédictines dont la liqueur est réputée dans le monde entier.


Fécamp est avec Etretat l’une des villes les plus touristiques de la Côte d’Albâtre, qui possède son champ d’éoliennes terrestres et bientôt l’un des premiers parcs éoliens en mer en France.


Le groupe sort de Fécamp par la route du phare, certes pentue, mais touristique avec des vues imprenables sur la ville et sur le Cap Fagnet.


La pluie recommence à tomber, mais pendant ce temps, Elisabeth,  Denis et Pierre sont arrivés à Arques la Bataille. Pascal les attendait sur la place de la mairie avec son vélo qui a été installé avec ceux de Pierre et Denis sur la remorque. Il pleut de façon continue, une pluie fine et pénétrante. Nous achetons à la boulangerie proche les sandwiches, patisseries et boissons pour tout le monde. Ces commerçants sont très gentils, mais tellement lents !… Nous repartons enfin tous les 4 direction Fécamp, en rejoignant la route du parcours à Veules les Roses.

Les 3 cyclos ont poursuivi leur route vers :

♦ Seneville sur Fécamp 

♦ Eletot

La jonction se fera à Eletot, après échanges téléphoniques, sous un abri de bus, car la pluie a redoublé d’intensité !

05-35-eletot-abri

Notre abri de fortune à Eletot

Les présentations avec notre nouveau venu étant faites, nous dégustons nos sandwiches pendant que nos 3 camarades racontent leur péripéties depuis Harfleur. Bernard souffre de nouveau de problèmes digestifs et ne poursuivra  pas le périple à vélo, d’autant plus qu’il fait froid (14°) et que la pluie persiste sans aucune chance d’amélioration pour le moment.

Aussitôt le dessert avalé (un flan succulent), Daniel, Claude et Pascal repartent. Plus besoin de gps, Pascal connait bien la région, évidemment.

Du côté minibus, nous ferons comme hier, avec une halte tous les 10 kilomètres. Nous traverserons donc : 

♦ Ecretteville sur Mer 

♦ Saint Pierre en Port

♦ Sassetot le Mauconduit

A Sassetot, les cyclos auraient pu descendre jusqu’à la mer « Aux Petites Dalles », mais il aurait fallu remonter de nouveau !

05-36-sassetot-le-mauconduit-les-petites-dalles

Les Petites Dalles

Il valait mieux économiser ses forces pour la suite qui se présente par 

♦ Saint Martin Buneaux 

♦ Veulettes sur Mer

05-37-veulettes-sur-mer

Veulettes sur Mer par beau temps (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui)

A la sortie de Veulettes, encore une côte assez longue et difficile, mais après, enfin 8 kilomètres de plat en passant à côté de la Centrale Nucléaire de Paluel (non visible de la route)

05-37-bis-centrale-de-paluel

Centrale Nucléaire de Paluel

et jusqu’à 

♦ Saint Valéry en Caux


Nos cyclos se rapprochent de 

♦ Veules les Roses

charmante bourgade où coule la Veules, le plus petit fleuve de France. Pascal fait découvrir à Claude et Daniel les aspects pittoresques de cet endroit en descendant le chemin des cressonnières, puis le bord de mer. Mais le plaisir des yeux a un prix : il faut remonter sur la route principale avec une pente de 15 % sur 750 mètres !


A partir de Veules les Roses, l’assistance du minibus n’est plus nécessaire et Elisabeth, Pierre et Denis se rendent directement à Arques la Bataille pour acheter un gâteau et des fleurs pour Nathalie (l’épouse de Pascal), car ils nous invitent ce soir très gentiment chez eux pour le dîner. Nous partons ensuite à Dieppe (6 kms) à l’hôtel Brit Hôtel où nous aurons le temps de descendre les bagages avant l’arrivée de Claude et Daniel.

Les 3 cyclos poursuivent dans le même temps leur chemin en longeant les côtes de la Manche, tantôt sur du plat, tantôt sur les falaises : 

♦ Sotteville sur Mer 

♦ Saint Aubin sur Mer 

♦Quiberville 

♦ Sainte Marguerite sur Mer 

♦ Varengeville sur Mer


La bonne nouvelle c’est qu’il ne pleut pratiquement plus. A Varengeville, le groupe passe à proximité d’un très beau cimetière marin où reposent certains hommes célèbres comme George Braque, peintre connu.

05-49-varengeville-cimetiere-marin

Le cimetière marin de Varengeville sur Mer

A

♦ Pourville

il ne faut pas manquer le panorama après avoir emprunté les lacets de la route.


Enfin, Pascal fait découvrir à ses 2 compères le point de vue sur 

♦ Dieppe

sans pouvoir toutefois se rendre à proximité du Château, lieu pour le moment interdit à cause des effondrements de falaise.

05-52-dieppe

Dieppe vue du Château

Pour éviter qu’ils ne se perdent, Pascal guide Claude et Daniel jusqu’à l’hôtel en passant par le centre de Dieppe.


Le Brit Hôtel est enfin en vue ; il est 18 h 30.

05-55-dieppe-hotel-brit-hotel

Brit Hôtel à Dieppe

Pascal repart à Arques la Bataille (6 kms) en donnant rendez-vous chez lui à tout le monde pour le dîner. Aujourd’hui, le parcours faisait 133 kms, dont 62 depuis Eletot pour au total un dénivelé positif de 1281 mètres. La douche sera donc la bienvenue, et vers 20 heures, nous partons tous les 6 à Arques la Bataille.

Nathalie et Pascal sont heureux de nous recevoir, et après un moment convivial devant l’apéritif, nous partageons un excellent dîner.

 

Le retour – Dimanche 18 Septembre 2016

La nuit a été excellente à l’Hôtel Brit Hôtel tout neuf et le petit déjeuner copieux comme d’habitude sous forme de buffet.

Après avoir installé les vélos sur la remorque, nous reprenons vers 9 h 30 la route en minibus direction Rouen par la voie rapide, puis Evreux par l’autoroute jusqu’à Louviers, Dreux et Chartres où nous arrêterons au Buffalo Grill pour se restaurer. Il sera 15 h 30 quand nous arriverons à Orléans La Source avec un temps redevenu beau.

 

Jean-Luc nous a communiqué le récit de son retour :

 

img_0398

L’âne a vu passer « L’Ane d’Or ».

« Samedi, tour en Haute-Normandie, vers le NE jusqu’à Gueures, au sud de Dieppe; puis direction SE jusqu’à Saint-Saëns; pluie de 11h du matin à 5h de l’après-midi, dernière grosse averse à 18h; n’ayant pas trouvé à bien me ravitailler, et n’ayant rencontré nulle part de toilettes publiques, même dans de gros bourgs comme Saint-Saëns, je me vois mal passer la nuit tout mouillé et sans abri, étant donné qu’il me faudrait au moins deux heures de repos. Sur la route des Andelys, je m’arrête donc dans un hôtel, à Fleury-sur-Andelle. Le lendemain dimanche, départ à 7h; traversée de belles forêts toute la matinée, sous un ciel nuageux; aux Andelys, vers 8h, petit-déjeuner bienvenu, et je me réjouis de monter voir le fameux Château-Gaillard, d’où la vue est magnifique sur la vallée de la Seine; arrivé en haut (belle côte de 2 km), rien à voir, qu’un brouillard à couper au couteau !

img_0399

Eglise des Andelys

img_0402

La Seine à Vernon

Je me console dans la belle forêt des Andelys, puis redescends vers la Seine, que je traverse à Vernon. Par des jolies routes boisées et des villages coquets je gagne la vallée de l’Eure, Maintenon, Gallardon… Dans l’après-midi j’entre en Beauce, le soleil apparaît timidement vers 15h, après Auneau. La traversée de la Beauce se fait à vive allure par vent de secteur NO très favorable. Je passe la N 20 à Toury, entre en forêt d’Orléans à Neuville-aux-Bois, atteint la Loire à Saint-Denis-de-l’Hôtel; et là, quelle joie me submergea ! J’ai ressenti à quel point je suis un vrai patriote ligérien, moi qui ne suis pas né au bord de la Loire ! Revoir la chère levée, sur les rives chéries de notre belle Loire, quel bonheur ! Pourtant, j’ai eu du mal à reconnaître la levée : presque tous les arbres ont été abattus, de Sandillon à la plage naturiste ! Arrivée chez moi vers 19h45, après 417 km depuis la veille ».

Jean-Luc