4ème Journée – Vendredi 16 Septembre 2016

« Des Plages du Débarquement à l’Estuaire de la Seine »  de Port en Bessin-Huppain (14) à la sortie du Pont de Normandie (76)  (117 kms)

Dénivelé Positif = 591 m   –   Dénivelé Négatif = 595 m

Cliquez sur ce lien pour consulter l’itinéraire sur la carte

Ce matin, en entrouvrant les rideaux de la chambre, nous découvrons à nouveau la pluie, une pluie fine mais drue ! Néanmoins, pour la 1ère fois, tous les 6 serons au départ ! Le petit déjeuner est excellent et copieux, de quoi prendre des forces pour la matinée, et nous en aurons besoin !

Elisabeth part donc toute seule en minibus. Nous convenons pour point de ralliement, là ou Denis descendra de vélo : Luc sur Mer situé à 36 kilomètres.

Il est 8 h 50 et la pluie baisse un peu d’intensité, mais nous oublions de prendre la photo traditionnelle du départ.

Daniel doit réparer sa roue crevée et nous repartons 200 mètres à pied Quai Letourneur en sens interdit et devons attendre le passage de bateaux pour que le pont tournant soit remis en place.

03-30-port-en-bessin-huppain

Port en Bessain Huppain – Le pont tournant

Nous longeons le port, et dès le départ une côte assez prononcée se présente, en effet, nous serons jusqu’à Arromanches sur les falaises. Se succèdent  : 

♦ Commes 

♦ Longues sur mer 

♦ Manvieux 

♦ Tracy sur mer 

♦ Arromanches 

Avant Arromanches, il faut grimper dur pour arriver sur le plateau, et Denis a compris les limites actuelles de ses forces ; il doit descendre de vélo et monter à pied !

La pluie reprend et il fait carrément froid (14°), mais nous nous arrêtons quelques instants au point de vue sur l’ancien port artificiel, près du cinéma à 360°, où nous ne verrons rien tellement le plafond est bas ! Il suffit de comparer les 2 photos prises au même endroit, l’une prise aujourd’hui, l’autre prise en juillet 2014 par beau temps !



La route est très fréquentée avec beaucoup de camping-cars et les cyclistes sont souvent frôlés dans un mépris total des consignes de sécurité de la part de certains automobilistes. Après Arromanches, Jean-Luc est d’ailleurs passé tout près de la catastrophe.

Après 

♦ Asnelles   

♦ Ver sur Mer

nous prenons à gauche avant Courseulles vers la Croix de Lorraine érigée en mémoire du débarquement sur le sol Français du Général de Gaulle, le 14 juin 1944. Compte tenu des conditions climatiques, nous nous arrêterons seulement quelques minutes près du char « Churchill » dénommé « Charlie » qui a été seulement découvert en 1970, enterré dans un trou d’obus et superbement rénové par la suite.


Alors qu’Elisabeth roule vers Luc sur Mer par une route différente, les 5 cyclos poursuivent par la « Voie des Français Libres » vers 

♦ Courseulles sur Mer

Ils sont à « Juno Beach ». Le pont tournant sur la Seulles est fermé ; il faut attendre 5 minutes pour qu’il soit de nouveau franchissable. La traversée de Courseulles est assez longue et nous longerons toujours dans le froid et sous la pluie Juno Beach par : 

♦ Bernières sur Mer 

♦ Saint Aubin sur Mer 

♦ Langrune sur Mer

♦ Luc sur mer


Nous aurions bien aimé découvrir ces lieux comme sur les photos sous le soleil !

A Luc sur Mer nous stoppons à l’endroit convenu, l’Office de Tourisme situé sur le front de mer.

04-11-luc-sur-mer

Office de Tourisme de Luc sur Mer

Mais, pas d’Elisabeth et de minibus ! Un coup de fil nous renseignera sur sa position au vieux Luc sur le parking de l’Eglise et du Cimetière, son Gps de voiture l’a amenée là. Un couple charmant nous conduit à cet endroit situé à 2 kilomètres.

04-12-ancien-luc-sur-mer

Eglise et Cimetière du vieux Luc ou stationne le minibus

Tout le monde est trempé et transi de froid. Nous décidons de déjeuner dans le 1er restaurant que nous trouverons sur la route. Denis qui a changé de maillot et Elisabeth repartent donc en minibus et s’arrêtent 4 kilomètres plus loin, ainsi que les 5 cyclos, à 

♦ Lion sur Mer

au restaurant « Le Goëland » où nous sommes très gentiment accueillis et où nous pourrons nous réchauffer en dégustant, entre autres, une excellente galette bretonne.

04-14-restaurant-le-goeland-lion-sur-mer

Restaurant « Le Goëland » à Lion sur Mer

Denis arrêtera son périple à vélo à Luc sur Mer à 36 kms (il ne roulera pas le lendemain – 156 kms au total) et Bernard montera dans le minibus pour cette 4° étape en sortant du restaurant à Lion sur Mer à 40 kms.

A partir de ce moment, nous décidons que le minibus s’arrêtera tous les 10 kilomètres afin d’assurer une assistance en cas de problèmes.

A  

♦ Ouistreham

Claude décide de ne pas suivre la route initialement prévue qui passait sur le front de mer, arrivait sur le port et empruntait la piste cyclable au bord du Canal de Caen à la mer jusqu’au pont de Bénouville. Les cyclos continuent donc sur la D 514 en passant par la rocade d’Ouistreham et qui arrive à 

♦ Bénouville

Dommage, ils se sont privés de la belle vue sur le front de mer et le port d’Ouistreham, et de la ballade tranquille au bord du Canal , mais vu le temps qu’il fait…

Cyclos et minibus arrivent au pont de Bénouville baptisé « Pégasus Bridge » point stratégique défendu héroïquement dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 par un commando britannique de la 6° Airborne Division commandée par le Major Howard. Ce pont d’une structure imposante à été reconstruit en 1994 et son original déposé au musée à proximité entre le canal et l’Orne. Nous arrivons sur les lieux, mais nous devons attendre car le pont se lève pour laisser passer des bateaux.


 

La circulation sur la D 514 puis la D 513 est toujours aussi intense. Les villes de la côte fleurie se succèdent : 

Sallenelles 

♦ Merville-Franceville 

♦ Cabourg 

♦ Dives sur Mer 

♦ Houlgate


Après Houlgate, le groupe ne suit pas l’itinéraire prévu initialement et continue par la D 513 au lieu de prendre la route de la corniche sans doute moins fréquentée et plus pittoresque pour se rendre à : 

♦ Auberville

A Auberville, de nouveau la D 513 jusqu’à l’embouchure de la Seine en passant par des stations prestigieuses : 

♦ Villers sur mer 

♦ Blonville sur mer 

♦ Benerville sur mer 

♦ Deauville


Juste avant Deauville, Pierre est victime d’un chauffard qui le coince le long du trottoir et le fait tomber de vélo, sans s’arrêter bien entendu. Résultat : contusion à une épaule et douleur qu’il ressentira quelques jours. Il continue tout de même à pédaler.

La progression le long de la route côtière continue : 

♦ Trouville  

♦ Villerville 

♦ Criqueboeuf 

♦ Pennedepie 

♦ Honfleur


A Honfleur, nous nous cherchons, cyclos et occupants du minibus, et nous fixons par téléphone un rendez-vous à la sortie avant le pont près du magasin Lidl. Cela ne nous donne malheureusement pas le temps nécessaire pour admirer cette splendide cité.

04-26-honfleur

Le Pont de Normandie vu d’Honfleur

Une odyssée va commencer…la traversée à vélo du pont, mais d’abord la recherche de son point d’entrée par la piste cyclable. En effet, il parait risqué d’emprunter la grande route qui mène directement au pont (quoi que ?), et il faut trouver la petite route dans la zone industrielle avec la bretelle d’accès. Le gps semble montrer la bonne route. Les 4 cyclos s’y engagent tandis qu’Elisabeth, Denis et Bernard vont traverser le pont et attendre sur le parking à la sortie après le péage. Nous sommes passés en Seine Maritime.


Et ils vont attendre longtemps…. sans possibilités de communiquer par téléphone. Plus d’une heure après, Daniel arrive tout seul et explique être monté et descendu sans pouvoir regarder derrière lui ; il ne comprend pas pourquoi personne ne l’a suivi. Ses 3 camarades arrivent plus d’une demi-heure après ! 

Jean-Luc nous explique plus dans le détail cette aventure :

« Jusqu’à l’entrée du pont, après bien des détours pour la trouver, nous étions tous les quatre ensemble; Daniel est parti très vite, je suivais à une centaine de mètres, et Claude et Pierrot plus loin; deux camions m’ont violemment secoué en me frôlant, mais j’ai continué de rouler jusqu’au bout; derrière, une sangle flottant sur l’un des camions a heurté Claude, qui a continué; un autre camion a tellement frôlé Pierre qu’il en a été secoué comme un prunier et a mis pied à terre pour faire le reste du chemin à pied, au moins trois kms; au bas du pont, à l’entrée de la piste protégée (enfin !) réservée aux vélos et piétons, arrivé le premier, Daniel s’est arrêté et s’est retourné, et, comme j’étais en vue, il est reparti rejoindre la camionnette; je me suis arrêté à mon tour au bout du pont, et j’ai attendu Claude, qui en arrivant m’a appris sa mésaventure et celle de Pierrot; et il a rebroussé chemin à pied pour aller à la rencontre de Pierre, qui a fini par arriver, encore tout retourné par sa frayeur ».

04-28-pont-de-normandie-2

Après le pont, la route s’arrête


En résumé, emprunter le Pont de Normandie à vélo est fortement déconseillé et plusieurs questions se posent :

– pourquoi n’avoir pas prévu à la construction 2 pistes cyclables sécurisées par un muret ?

- pourquoi ne pas contrôler plus sévèrement la vitesse ?

- pourquoi ne pas prévenir en amont les cyclistes du danger ?

A la réflexion, on peut comprendre maintenant l’absence totale de signalisation de l’accès au pont pour les cyclistes !

Mais il est tard, près de 18 heures. L’étape cyclo s’arrêtera là après 117 kilomètres, et les vélos sont chargés sur la remorque. Nous rejoindrons l’hôtel Ibis à Harfleur en minibus, et nous avons bien fait !

??????????

Pont de Normandie vu de la route de l’Estuaire avant Le Havre

La route de l’Estuaire est très fréquentée par les poids lourds venant du port du Havre, même un vendredi soir.

04-31-3-route-de-lestuaire

Route de l’Estuaire avant Le Havre

Par ailleurs, trouver son chemin sans guidage dans une zone portuaire aussi vaste relève de l’utopie !

L’hôtel Ibis est très confortable, et après la douche bien méritée, nous allons dîner au grill d’en face vers 20 h 45.

04-32-hotel-ibis-harfleur

Hôtel Ibis Harfleur Sud

Le début du repas très convenable (contrairement aux dires de la réception de l’hôtel) commencera par le demi de bière traditionnel offert cette fois par Denis. Demain, dernière journée jusqu’à Dieppe où la route, nous le savons, sera très bosselée. Les prévisions météo ne sont pas très bonnes, surtout pour l’après-midi.