5ème Etape – Vendredi 11 Septembre 2015 et Retour le Samedi 12 Septembre 2015

 

« Les Marais salants, le Gois et la Vendée »  de Pornic aux Sables d’Olonne   (124,3 kms)

Dénivelé Positif = 270 m   –   Dénivelé Négatif = 250 m

Cliquez sur ce lien pour consulter l’itinéraire sur la carte

L’Hôtel Les Alizés est très confortable, nous avons passé une bonne nuit. Le petit déjeuner est également à la hauteur de la qualité de l’établissement. Tous les 10 sommes prêts à partir à 8 h 30 ; Elisabeth et Monique un peu plus tard ; notre désir de retrouver les paysages océaniques nous fait oublier de prendre la photo du groupe au départ de l’hôtel.

Un départ avec un temps incertain et nuageux, mais qui pourtant, au fil de la journée s’est révélé beau avec du soleil. Le vent est passé au sud ouest, mais reste modéré, et la température agréable. Nous sortons sans problème de la ville de Pornic, l’hôtel étant en fait situé sur notre route.

Nous sommes dans le pays de Retz, fief de Gilles de Retz, compagnon de Jeanne d’Arc.

Gilles de Montmorency-Laval, plus connu sous le nom de Gilles de Rais (ou, selon la graphie contemporaine, Gilles de Retz) en référence à son titre de baron de Retz, né au château de Champtocé-sur-Loire à une date inconnue (au plus tôt durant l’année 1405), mort le à Nantes, est un chevalier et seigneur de Bretagne, d’Anjou, du Poitou, du Maine et d’AngoumoisDurant la seconde phase de la guerre de Cent Ans, il se rallie au camp du roi Charles VII et du grand chambellan Georges 1er de La Trémoille, son propre cousin et allié. Gilles de Rais est ainsi amené à combattre les Anglais aux côtés de Jeanne d’Arc. Au cours de ces campagnes militaires, il est promu maréchal de France le jour du sacre royal de Reims (). Après la mort de son grand-père Jean de Craon en 1432 et la disgrâce de son cousin Georges de La Trémoille en 1433, le maréchal de Rais se retire progressivement de la guerre contre les Anglais et leurs alliés bourguignons. Il se voit accusé par sa famille, et notamment par son frère cadet René de La Suze, de dilapider son patrimoine en aliénant ses terres au plus offrant afin de pallier ses fastueuses dépenses. En octobre 1440, Gilles de Rais est jugé dans le duché de Bretagne par l’officialité de Nantes pour hérésie, sodomie et meurtres de « cent quarante enfants, ou plus ». Simultanément, il est condamné à pendaison et au bûcher par la cour séculière nantaise. La sentence est exécutée le 26 octobre 1440.

Magnifique passage dans la réserve naturelle du marais de Lyarne, où nous pouvons découvrir la faune et la flore abondantes. Nous traverserons les communes de La Bernerie en Retz, Les Moutiers en Retz, Bourgneuf en Retz.


 

Le marais de Lyarne, situé sur la commune des  Moutiers-en-Retz offre une grande diversité de milieux naturels imbriqués les uns dans les autres : anciennes salines, fossés en eau, végétations pionnières de prés salés, dunes, roselières saumâtres. L’étroite dune est composée de la dune mobile en front de mer, dont l’oyat est la végétation caractéristique, et de la dune fixée, située en arrière. Les plantes les plus remarquables sur le dune sont l’oeillet des dunes, protégée au niveau national et le linaire des sables, protégée au niveau régional. La diversité de ses milieux naturels et la proximité de la baie de Bourgneuf font de ce site une zone d’abri et d’alimentation intéressante pour les oiseaux, tant en période de reproduction que durant la période hivernale. On peut observer l’avocette élégante, l’échasse blanche, le canard souchet, le tadorne de Belon, la fauvette grise, le tarier pâtre …

A Bourgneuf, nous sommes en Vendée ; nous arrivons ensuite à Bouin, commune anciennement salicole mais devenue de nos jours ostréicole et aquacole.

Nous pousuivons jusqu’à Port du Bec, en découvrant son écluse et sa vue imprenable sur l’océan.


Nous reprenons la route et arrivons vers 10 h 20 à l’entrée du Gois de Noirmoutier. Rassurez-vous ! En fait le panneau n’indique pas la « Marée Montante » car la basse mer est à 10 h 52 ! Nous allons pouvoir franchir le gois en toute sécurité.LLETVAV 2015 234


Quelques photos s’imposent à la sortie du Gois :


Nous sommes donc à Noirmoutier en l’île. La route vers le pont est interdite aux cyclos ; nous poursuivons sur Barbâtre  où nous trouvons la boulangerie idéale pour nous ravitailler. Une petite route parallèle nous mène jusqu’au pont équipé d’une piste cyclable.


Eloigné de quelques kilomètres du Passage du Gois, le Pont de Noirmoutier fut construit en 1971, sous le contrôle de la Direction Départementale de l’Equipement de la Vendée, afin de faciliter et développer les échanges entre le continent et l’Île. D’une longueur totale de 583 mètres, il enjambe la baie de Bourgneuf, tissant un lien entre Fromentine et Barbâtre. Autrefois payante, la traversée de cet édifice est maintenant accessible gratuitement. Le pont peut-être emprunté en véhicule, mais également, à bicyclette, puisqu’une piste cyclable double a spécialement été conçue et promet de grandes et belles ballades du continent (Saint-Jean de Monts, Notre-Dame de Monts, La Barre de Monts, Fromentine) jusqu’à l’Île (Barbâtre, La Guérinière, l’Epine et Noirmoutier en l’Île) à travers les forêts ou en bord de mer.

 L’ascension du pont est assez facile et courte. A sa sortie, nous empruntons toujours la piste cyclable et à La Barre de Monts une petite route parallèle à la D 38 trop circulante. Par cette route boisée (Vélocéan) très agréable, nous passerons à Notre Dame de Monts pour faire une halte pique-nique dans les pins à proximité de la plage de la Davière car il est près de 13 h 00. Nous y retrouvons Elisabeth et Monique qui déjeuneront dans un petit restaurant avec des amis de Monique.

Nous reprenons la route et retrouvons l’Océan à St Jean de Monts.


 

Le vent souffle modérément sur notre côté droit et le soleil est souvent présent. Nous prenons une provision d’iode en continuant de traverser les stations balnéaires vendéennes, comme St Hilaire de Riez ou Sion l’Océan, sa plage, ses rochers « les 6 dames » et son rocher « La Pointe Percée où par gros temps les vagues s’y fracassent.


A St Gilles Croix de Vie, nouvel arrêt pour dire au revoir à Jean-Luc qui repartira seul à St Denis en Val à vélo ; il nous racontera son retour plus tard…


 

L’arrivée aux Sables d’Olonne, par Brétignolles sur Mer, Brem sur Mer, L’île d’Olonne se termine sur une grande route et par un « faux plat montant » assez long qui sera la dernière côte de notre périple. Là encore, il faudra naviguer à vue pour trouver l’hôtel Le Calme des Pins car le Gps s’est éteint, faute d’énergie. 


 L’arrivée du chemin de fer aux Sables d’Olonne en 1866 va dynamiser le tourisme, avec la construction de la gare et la mise en place des « Trains de plaisir », reliant Paris à « La plus belle plage d’Europe » En 1989, le Vendée Globe Challenge prend le départ aux Sables d’Olonne. La ville renoue avec son passé maritime, auquel s’ajoutent de nombreuses compétitions nationales et internationales de sports nautiques.

Après avoir longé tout le front de mer appelé « le remblai » et ainsi admiré la superbe plage des Sables d’Olonne, nous arrivons enfin au terme de notre étape et périple, à l’hôtel Le Calme des Pins situé à proximité de l’Océan. Monique, Elisabeth, mais aussi Francette, Jacqueline et Jacky nous attendent.

LLETVAV 2015 280

L’hôtel Le Calme des Pins Les Sables d’Olonne

Avant de prendre les clés des chambres et nous rafraichir, il reste à prendre la photo souvenir du final.

LLETVAV 2015 281

Il est 17 h 45, nous avons roulé pendant 6 h 50 sur 124 kms.

Au total, nos compteurs affichent 634 kms.LLETVAV 2015 282

Le repas du soir sera servi au restaurant « L’Orée des Pins » à proximité de l’hôtel avec un menu exceptionnel.


 

Le retour – Samedi 12 Septembre 2015

Excellente nuit dans cet hôtel *** et, comme d’habitude, petit déjeuner varié et copieux.

Vers 9 h 00, Jacky le spécialiste, procède au chargement des vélos sur la remorque avec l’aide de Claude. Le temps a radicalement changé : nuages, pluie et fraicheur.

LLETVAV 2015 287

Le chargement des bagages dans le minibus est également terminé, nous pouvons prendre la route. Nous ferons un seul arrêt sous la pluie à Noyant (entre Saumur et Tours) pour déjeuner dans un restaurant tenu par un Portugais très sympa. Nous arriverons à Orléans la Source vers 18 h 00.

Jean-Luc nous a communiqué le récit de son retour : 

1- Vers 16h-23h, après St-Gilles-Croix-de-Vie, traversée du bocage vendéen, jusqu’à La Châtaigneraie; vers 22h, voulant m’arrêter, je n’ai pas su décaler : chute, cheville écorchée, homme et vélo valides, je repars.

2- Traversée nocturne des Deux-Sèvres sur un grand axe désert : Bressuire-Thouars-Loudun-Messemé-Richelieu (Indre-et-Loire).

3- 5h-7h30, pause dans mon sac de couchage, dans les toilettes du Cardinal.

4- Ste-Maure-de-Touraine – Ste-Catherine-de-Fierbois – Bléré : pluie toute la matinée; déjeuner à Montrichard, sur un banc au bord du Cher.

5- Pontlevoy – Thénay – Contres – Fontaines-en-Sologne – Bracieux – Chambord – La Ferté-Saint-Cyr – Jouy-le-Potier…

6- Arrivée chez moi à Saint-Denis-en-Val à 18h : 1007 km au compteur depuis lundi, 430 depuis St-Gilles-Croix-de-Vie la veille (sûrement plus : 3 fois dans la nuit j’ai omis de relancer mon compteur).

En fait, il a parcouru = 600 kms jusqu’à St Gilles Croix de Vie + 430 kms jusqu’à St Denis en Val, soit un total de 1030 Kilomètres.